Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Citoyen engagé

En quelques mots  « j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle » François Hollande vient de démontrer que celui qu’on considérait, ici ou là, comme coupé du monde, isolé dans sa bulle élyséenne,pouvait prendre, avec dignité, une responsabilité que peu d’hommes politiques savent prendre.

Renoncer, se retirer pour éviter le désordre dans son propre camp et couper court aux critiques.

A la différence d’un Nicolas Sarkozy qui n’en finissait pas de revenir depuis cinq ans jusqu’à se faire virer par sa propre famille, celle des électeurs de droite, François Hollande, plus solitaire que jamais, a eu la sagesse de tirer les conséquences de la rupture qui s’est progressivement installée entre lui et son électorat.

François Hollande a créé l’émotion ce soir et même suscité  une certaine estime car un Président qui ne s’accroche pas malgré les sollicitations des courtisans et des médias, friands de castagne, c’est suffisamment rare pour ne pas le souligner.

François Hollande pouvait-il se permettre d’aller affronter certains de ses anciens ministres dans une primaire qui aurait vite tourné à la bataille de chiffonniers, si ce n’est au pugilat ? Non car quelque part c’est la fonction présidentielle  elle-même qui aurait été durablement écornée.

Et en se retirant François Hollande démine le terrain pour le Parti socialiste dont il émane.

Désormais la primaire qui s’annonce devrait permettre de trancher entre les différentes tendances au sein même du Parti socialiste, à moins que la Belle Alliance, chère à Jean Christophe Cambadélis, s’ouvre effectivement à d’autres. Mais malheureusement cela n’en prend pas le chemin, vu la cacophonie qui s'est durablement installée à gauche.

Commenter cet article