Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Citoyen engagé

Depuis plusieurs jours maintenant, la presse se fait l’écho d’un certain nombre de ralliements à venir, d’hommes et de femmes de gauche, à Emmanuel Macron.

Bien sûr certains esprits chagrins ne manquent pas de dire que l’ancien ministre des finances de François Hollande est un libéral de la pire espèce, qui n’a pas voulu participer à la primaire de la belle alliance, chère à Jean Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti socialiste.

D’autres également se rangeant derrière le résultat de cette primaire considèrent que Benoît Hamon a la légitimité du vote en sa faveur et qu’à ce titre, même à 10 % / 12% des intentions de vote dans les sondages, il doit continuer, car pour beaucoup, il a toutes les chances d’accéder au second tour de l’élection présidentielle, le 23 avril prochain. Sinon pourquoi s’entêter !

Mais le danger de voir Marine LePen devenir présidente est tel que supputer sur une hypothétique qualification de Hamon le 23 avril au soir relève sinon d’une gageure, du moins d’un calcul savant qui verrait pourquoi pas ( rêvons un peu ) Mélenchon se désister en faveur de Hamon et corrélativement Fillon et surtout Macron s’effondrer dans les sondages.

Autant dire, critères irréalistes à ce jour, excepté une progression du vote bleu marine qui n’est plus une simple vue de l'esprit.

Alors de deux choses l’une. Soit c’est le statut quo et advienne que pourra mais on joue avec le feu ! Soit pour favoriser toutes les chances de barrer la route à Marine LePen dès le 1er tour et faire en sorte que le candidat des progressistes qu’est Emmanuel Macron passe en tête des suffrages le 23 avril prochain, le premier secrétaire du parti socialiste, adepte de la démocratie participative, organise une consultation des militant(e)s pour savoir si la candidature de Benoît Hamon est maintenue dans le contexte actuel ou si un appel en faveur d’un soutien à Emmanuel Macron est lancé au plus vite.

N'oublions jamais que Hamon et Macron ont gouverné ensemble, autour de François Hollande.

Commenter cet article