Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Citoyen engagé

François FILLON s’est aujourd’hui évincé de lui-même de la campagne présidentielle en tenant des propos durs à l’encontre de l’institution judiciaire, l’un des piliers régaliens de notre République.

Qui ne croit pas en la justice de son pays, à son indépendance, à  son impartialité, à l’honnêteté de celles et ceux qui la servent, n’est pas digne de briguer la Présidence de la République.

"Une candidature à l'élection présidentielle n'autorise pas à jeter la suspicion sur le travail des policiers et des juges, à créer un climat de défiance incompatible avec l'esprit de responsabilité et, pire encore, à lancer des accusations extrêmement graves contre la justice et plus largement nos institutions" a rappelé ce jour François HOLLANDE.

Bien sûr la présomption d’innocence prévaut et nul ne peut oublier sur ce point combien Dominique STRAUSS-KAHN en a été personnellement privé par ceux-là même qui aujourd’hui hurlent en meute pour l’exiger pour leur mentor.

Après avoir argué que le Parquet national financier n’était pas compétent en la matière, François FILLON jouant sur le registre d’une persécution dont il serait victime, ose la métaphore de l’assassinat politique et en appelle au peuple souverain, seul juge qu’il reconnait en l’espèce.

Comme le dit fort justement Emmanuel MACRON : "ne donnons pas au vote démocratique le rôle de l'absolution, ce n'est pas le sien".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article