Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe PUGNET

28420_ecole_440x260.jpg

 

Depuis plusieurs jours, se construit, inexorablement, une fronde conjointement orchestrée par la droite et une certaine organisation syndicale enseignante, sur la question des rythmes scolaires.

 

Les motifs en sont totalement différents mais ils se rejoignent dans cette volonté qu’ils ont de dénaturer une vraie réforme de gauche, conduite par un Ministre de l’éducation  qui a su, dès le départ, présenter les vrais enjeux tout en rappelant les difficultés à surmonter pour y parvenir.

 

Mais c’était sans compter sur les calculs électoraux des uns et des autres.

 

Il est encore bien trop tôt pour tirer des conséquences supposées désastreuses…pour les enfants avec cette nouvelle organisation de la semaine avec classe le mercredi matin.

 

Même lorsque Nicolas Sarkozy avait prôné la généralisation de la semaine de quatre jours, on n’avait vu pareille levée de boucliers. Que les enfants soient livrés à eux-mêmes, ballotés ici ou là ou tout simplement accueillis dans le cadre du périscolaire le mercredi ne posait aucun problème, à l’époque, à ceux qui s’époumonent aujourd’hui.  

 

Faut dire d’ailleurs que tous ces détracteurs de l’aménagement des rythmes de vie de l’enfant se sont toujours moqués du nécessaire respect de ces temps de l’enfant.

 

Peu leur importe que pour un enfant, le temps de vivre, c'est à dire le temps de communiquer, le temps de la découverte, le temps du jeu, le temps de rêver, le temps de se nourrir, le temps du sommeil, soit malheureusement le temps du chronomètre.

 

Peu leur importe que l'enfant, le jeune, victime des obsessions de l'adulte, subisse, plus qu'il ne choisit, son temps.

 

Peu leur importe que les cadences des enfants et des jeunes soient devenues infernales: journée d'école la plus longue, lourdeur des programmes, charge des devoirs à la maison, emploi du temps inadapté, année scolaire déséquilibrée...

 

Tout est à revoir. Et c’est le sens profond de la volonté réformiste qui anime Vincent PEILLON.

 

Mais c’est malheureusement sans compter sur le poids de l’institution scolaire trop souvent hermétique au changement ; de certains de ses acteurs plus soucieux de leurs prérogatives que du respect de la vie de nos enfants, animée par des rythmes, depuis les rythmes biologiques de l'alternance veille / sommeil jusqu'aux rythmes de développement.

 

Au moment où  l’Ecole sert, plus que jamais, de critère pour juger de la réussite ou de l'échec, de l'avance ou du retard, parfois même de la normalité ou de l'anormalité des enfants, tous les détracteurs de la réforme des rythmes scolaires en cours devraient s’interroger, en dehors de tout parti pris politique ou syndical, sur cette exigence de respecter les besoins des enfants dans l'établissement comme de tenir compte des perturbations auxquelles ils peuvent être soumis, en dehors de celui-ci.

 

Au-delà des polémiques, des effets de tribune, il y a urgence aujourd'hui, à comprendre et à connaître les rythmes de l'enfant pour mieux les respecter.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article