Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe PUGNET

 

Pour le militant de gauche que je suis, ce dimanche 23 mars 2014 est à ranger dans la même catégorie qu’un certain 21 avril 2002.

 

Car comment qualifier cette vague marine déferlant sur nos côtes méditerranéennes comme sur nos terres ouvrières du Nord, si ce n’est d’un nouveau tsunami électoral. Par ces élections municipales, le FN s’offre de nouvelles terres de conquête et construit pas à pas un certain maillage du territoire.

 

Ajoutons-y une abstention record pour des élections locales et l’on devrait mieux prendre la mesure de cette crise démocratique que notre pays traverse.

 

Le constat est accablant. Notre démocratie est malade car nous sommes collectivement blasés et individuellement désabusés. Cette abstention témoigne non seulement de la gravité d’une crise économique et sociale qui n’en finit plus et que nombre de nos concitoyens en ont assez de subir, mais aussi d’une méfiance croissante qu’ils expriment envers la politique en général et nos gouvernants, en particulier.

 

Refuser de prendre la mesure d’un tel désaveu c’est entraîner la gauche vers un abîme institutionnel d’où il sera difficile de revenir.

 

Un Président de la République, trop soucieux d’une gestion conforme aux directives de nos technocrates de Bruxelles, qui refuserait d’entendre ce message du 23 mars 2014, ne ferait que conduire nombre de nos concitoyens vers un désarroi civique sans retour.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article