Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe PUGNET

Insupportables que certains de ces ex-ministres du gouvernement Ayrault, qui passent aujourd’hui leur temps dans les médias et notamment le Nouvel Obs, à critiquer François HOLLANDE.

 

Le Président n’est pas au mieux de sa forme sondagière qu’ils en rajoutent. Car comment qualifier ces propos tenus, par les uns ou les autres.

 

Hier candidat vainqueur de la primaire socialiste puis des élections présidentielles, François HOLLANDE fut courtisé par nombre de ces adeptes du  lumbago révérenciel, lesquels témoignent aujourd’hui de leur déception de voir ce Président conduire «  une politique où le verbe et la com comptent plus que les actes » ( Cécile DUFLOT ) ; un Président «  très solitaire ce qui n’est pas sans expliquer certains couacs » ( François LAMY ) ; un Président « qui dit oui et puis c’est tout ! ensuite rien ne suit » ( Hélène CONWAY-MOURET ).

 

La palme revient à l’éphémère ministre de l’écologie, Philippe MARTIN. On se souvient de ses propos tenus lors de la passation des pouvoirs avec Ségolène ROYAL. Dans le Nouvel Obs puis Sud-Ouest, Philippe MARTIN en rajoute : HOLLANDE «  au lieu d’aller vite, il donne une impression de flottement ». Et l'ancien ministre de regretter ne jamais avoir pu s'entretenir en tête-à-tête avec le chef de l'Etat pour évoquer ses dossiers. « J'ai pourtant demandé à le rencontrer à plusieurs reprises. Ça m'a étonné, blessé, vexé ».

 

Quant à Pierre MOSCOVICI, l’ex-ministre des Finances, qui vise le poste de commissaire européen  et négocie âprement pour obtenir le soutien de HOLLANDE, il distille plus subtilement : «  notre relation de plus de trente ans avec HOLLANDE ne peut qu’avoir été affectée par mon départ du gouvernement. Il faut qu’elle se reconstruise sur le fond ».

 

Arrêtons là cette énumération qui donne la nausée et prouve une fois de plus qu’une certaine élite politique vit coupée du monde qui l’entoure, loin des préoccupations quotidiennes de nos concitoyens.

 

On n’a jamais vu pareille pétaudière ! Le temps des charges seigneuriales est révolu mais pas celui de l’Ego surdimensionné  qui conduit certains à se croire indispensables, aveuglés qu'ils sont par leur propre suffisance !

 

Avec de tels comportements il ne faudra pas s’étonner que le populisme gagne du terrain.

Commenter cet article